Interview avec une collègue ARTS - Mon métier de responsable administrative en France

Quand les employés de ARTS parlent de leur carrière, c'est excitant. De nombreux domaines professionnels offrent un large éventail de possibilités de carrière et un environnement de travail stimulant. Aujourd’hui, Nicole explique nous pourquoi elle s'est rendue en France pendant ses études et comment elle est devenue membre des ARTS.

En tant qu'expert en services d'ingénierie et de fabrication, en conseil technologique et en services RH, ARTS emploie actuellement 500 personnalités intéressantes. Ils apportent leurs connaissances spécialisées dans divers domaines. Dans notre série d'entretiens, nous voulons savoir comment les employés croisé la route d’ARTS, ce qui caractérise leur travail et ce qui les inspire et les interpelle dans leur travail quotidien.

En tant que responsable administrative, Nicole soutient Marc Bouzaid, notre directeur général d'ARTS.aero SARL à Toulouse depuis octobre 2018. Elle est responsable de toutes les activités administratives liées au personnel, à la comptabilité et la facturation.

Nicole est originaire d'Allemagne. Elle est arrivée en France dans le cadre de ses études.

Comment es-tu venue en France?

J'étais étudiante en "International Business & Management" à l’école supérieure d’Osnabrück. Dans ce contexte, je devais partir à l'étranger pour un semestre d’études. Comme j'ai toujours aimé la France dû aux nombreux séjours de vacances avec mes parents dans le sud de la France, il était évident pour moi que fasse ce semestre dans ce pays. Mon école à Osnabrück m’a proposée une université partenaire à Lille, où j'ai passé quatre mois en tant qu’étudiante Erasmus. Par la suite, j'ai obtenu ma licence en Allemagne et j'ai décidé de continuer mes études en "European Business Studies". Pour ce diplôme je devais repartir en France pendant un semestre de stage. J'ai donc saisi ma chance et j’ai commencé mon stage à Toulouse, dans le sud de la France, dans une agence d’événementielle et de marketing. C’est au cours de ce stage que j’ai rencontré mon mari. J’ai donc décidé de rester à Toulouse pour finir mon diplôme. Cela fait 14 ans maintenant que je suis ici.


Bienvenue en France

Comment s'est passée le début de ton séjour en France?

Le début a été difficile. J'ai eu un petit «choc culturel». Mais tout cela allait vite mieux. J’ai toujours aimé la France et c'était agréable de s'intégrer dans une nouvelle culture. Le climat est fantastique et la vie est plus détendu qu'en Allemagne.

Comment tu as continué après tes études?

Après mes études, j'ai trouvé un emploi chez Sixt à l'aéroport de Toulouse. Le hasard m’a permis de rencontrer Marc. A l’époque, en 2007, il créa une filiale pour la société allemande Teccon à Toulouse. Il avait besoin d'une assistante. Avec un troisième collègue, nous avons installé et meublé le bureau à Toulouse. J'ai ensuite travaillé dans le back office en tant qu'assistante administrative pour Marc. Mes tâches à l'époque comprenaient la comptabilité, les ressources humaines, la gestion de la qualité et surtout la traduction des documents relatifs au personnel et à la gestion de la qualité. J'ai passé 6 ans chez Teccon.

Que s'est-il passé ensuite?

Mon aventure avec TECCON pris fin et je fût embauché par Vartan Product Support ici à Toulouse. Il s'agit également d'une société allemande, très connue dans l'aviation. Vartan offre un support produit aux plus importants fournisseurs d'aménagements cabine, de systèmes et de structures d'avions. Chez eux, j'étais assistante d'équipe détachée chez BE Aerospace dans le secteur des Galleys du A350. Toutes les non-conformités détectées en chaine d’assemblage sur ces galleys étaient saisi dans SAP. J’extrayais quotidiennement la de ces non-conformités et les transmettais à mon équipe technique, en charge de réparer et corriger ces défauts.

Nicole est ensuite partie en Allemagne avec sa famille. Après un séjour de deux ans, elle est retournée en France. Une fois que l'on connaît le mode de vie et le climat du sud de la France, il est difficile de s'installer ailleurs. Du moins, c'est ce qu'elle ressentait. De retour en France, elle a commencé à travailler pour ARTS en octobre 2018 et a retrouvé un vieil ami, Marc Bouzaid, qui était alors devenu directeur général de ARTS.aero SARL.


Nicole apprécie le mode de vie plus décontracté de sa famille d'adoption.

En tant que responsable administrative, Nicole est responsable de la comptabilité, des ventes, des ressources humaines et de la gestion de la qualité.

Nicole décolle avec ARTS

Comment les postes chez les employeurs précédents t’ont préparé pour le travail chez ARTS?

Le travail chez Teccon m'a préparé énormément pour le poste ici chez ARTS. J'avais les mêmes tâches et responsabilités que maintenant. Chez Vartan, j'ai principalement travaillé avec SAP. D'un point de vue technique, ce poste n'a eu aucune influence sur mon travail actuel. Mais les échanges interculturels avec les collègues m'ont beaucoup apporté.

Y a-t-il déjà eu des barrières de langues pour toi?

Au début, je faisais vérifier et corriger mes courriers et e-mails par mes collègues français avant de les envoyer. L’expression française et les termes spécifiques techniques et comptables étaient difficiles pour moi. Au téléphone je n’étais pas très à l’aise. Il était plus difficile pour moi de communiquer avec une personne au téléphone qu’avec une personne en direct. Mais maintenant je n’ai plus de problèmes avec la langue française.

Qu'est-ce qui te plaît le plus dans ton travail chez ARTS?

Je suis très contente de travailler chez ARTS. Mes tâches sont variées, tous les jours sont différents et je peux travailler de manière flexible et indépendante. C'est très agréable. La mentalité de l'entreprise, l'esprit d'équipe et la relation avec les collègues sont très appréciables et enrichissants.

Quelles sont, selon toi, les valeurs véhiculées par ARTS?

ARTS attache une grande importance à la satisfaction et la motivation de ses employés. Les collègues et les responsables sont toujours à l’écoute des collaborateurs. Ici, en France, les salariés sont impliqués dans certaines décisions si nécessaire. Une grande importance est accordée à l'opinion de chacun et à une coopération basée sur la confiance.

Te sens-tu aujourd’hui plus française ou allemande?

Je suis une Allemande française. J'ai adopté les plus belles valeurs des française, en ayant également conservé certaines de mes valeurs allemandes. Cela me permet d’unir le meilleur de chaque culture et de le transmettre à mes enfants.

Qu'est-ce que tu préfères dans ton travail en France par rapport à l'Allemagne?

La plus grande différence est probablement la répartition des heures de travail et des pauses. En Allemagne, on n'a souvent qu'une pause déjeuner de 30 à 45 minutes. En France nous avons souvent une pause de 1 à 2 heures. Cela nous permet de manger ou de nous reposer à l’extérieur du bureau. En Allemagne les gens commencent leur travail très tôt le matin. Ici, en France nous commençons généralement vers 9h, mais nous restons en contrepartie un peu plus longtemps au travail.

Quels sont les points forts d’ARTS à ton avis?

ARTS dispose d'une équipe internationale, ce qui rend le travail très intéressant. Vous avez la possibilité de travailler en France et de faire une expérience à l'étranger. Cela vous donne la possibilité d’évoluer non seulement sur le plan professionnel, mais aussi sur le plan personnel et interculturel. Nous travaillons également sur des projets intéressants à Dubaï et en Espagne. Récemment, un collègue s'est rendu au Népal pour remettre un avion sur les rails.


Devenez membre d'une équipe internationale - Devenez un ARTSler

Voulez-vous faire partie d’ARTS ? Vous aimez votre travaille et vous êtes ouvert à de nouveaux défis? Alors devenez membre d'ARTS et contactez-nous. Avec ARTS, vous avez la possibilité de travailler en France, en République tchèque, à Dubaï et en Espagne. Élargissez donc votre horizon avec ARTS.

Partagez cet article:
Vous pourriez aussi être intéressé:
Leasing - Pourquoi l'industrie n'a plus besoin d'acheter
Décollage avec ARTS
Environnement de travail numérique ou plutôt analogique? Comment les entreprises gèrent-elles ce changement?